Rechercher
  • Sociacom

L'expérience utilisateur : 5 erreurs classiques du PLM en matière d’UX



Les solutions PLM sont destinées à regrouper les informations concernant un produit ou un service tout au long de son cycle de vie. Dense, complexe, le système PLM, pour remplir son rôle doit convenir à tous les collaborateurs amenés à s’en servir.


Une mauvaise expérience utilisateur réduit la productivité d’une équipe. Lorsque les employés fuient ou détestent un nouveau logiciel, l’entreprise ne rentabilise pas son investissement.


Pour éviter cela, voici 5 erreurs classiques à ne pas faire avec votre interface PLM :


1 - Un temps de chargement incertain


Selon plusieurs études, 50% des internautes abandonnent la visite d’un site si celui-ci met plus de 3 secondes à charger. Difficile de tenir ce délai avec un système PLM. Mais pire que d’attendre, les utilisateurs détestent ne pas savoir combien de temps ils attendent. Vous voyez ce « chargement en cours » qui tourne des heures sans aucune autre indication ?



Pour pallier ça, les dernières versions des systèmes CAO affichent le chargement en temps réel. Par exemple, si trois pièces doivent être chargées, chacune s'affiche lorsqu'elle est complètement chargée et pas lorsque toutes les pièces sont chargées.


Ceux qui disposent d’un dispositif PLM lent à charger perdent du temps et de l’énergie. Les utilisateurs peuvent toujours éviter autant que possible d'utiliser le système et trouver d'autres moyens de faire leur travail. A la clé, de l’agacement, une mauvaise expérience et des émotions négatives attachées au PLM voire à leur entreprise en général.


2 - Oublier l’émotion


UX signifie user experience. La notion d'expérience doit être envisagée pleinement comme une palette de sensations et d’émotions que l’utilisateur va ressentir au moment de son interaction avec une interface.


Une bonne utilisabilité n’est pas facultative, elle est primordiale Mais ce n’est pas parce que quelqu'un est capable de réaliser une tâche, qu’il le fera. C’est là que les émotions entrent en jeu.



3 - Ne pas faire de choix


La multiplication d'informations, l’ajout infini de boutons et de possibilités empêche les utilisateurs de trouver les informations et les outils qu'ils recherchent. Ne pas faire de choix lors de la conception de son interface PLM conduit à une terrible expérience utilisateur.


Mais faire simple est ardu car cela implique de trancher, éliminer telle option ou prioriser telle fonctionnalité. Il faut prendre des décisions et cela implique d'être courageux et d'avoir des conversations difficiles.


Les dernières versions des systèmes PLM offrent des possibilités de configuration en fonction du rôle de l’utilisateur. C’est une manière de sélectionner les informations à afficher.


4 - Mettre la technologie en premier


Voilà un conseil donné par Steve Jobs lui-même. « Vous devez commencer par l'expérience client et remonter jusqu'à la technologie. Vous ne pouvez pas commencer par la technologie et essayer de savoir où puis-je la vendre.»



Les systèmes PLM sont conçus par des ingénieurs pour des ingénieurs (mais pas uniquement). La tentation de faire primer l’aspect technique est forte. C’est une erreur. Qui sont les utilisateurs ? Quels sont leurs besoins, leurs tâches, l’environnement dans lequel ils travaillent ? Comprendre ses utilisateurs est la première étape du développement d’une solution.


Un conseil concret serait de commencer votre transformation PLM par la définition et le test de vos use case métiers. Ainsi, les métiers verront très tôt comment ils devront exécuter leurs futures tâches quotidiennes.


5 - Penser l’UX en réaction


Que se passe-t-il souvent dans les entreprises face à un système PLM inefficace ? Des formations sont mises en place pour les collaborateurs, des réunions de crise sont organisées entre managers, parfois des consultants débarquent en urgence avec pour mission de faire adopter un nouvel outil.


La bonne démarche est de ne pas réagir a posteriori. Une mauvaise UX n'est pas seulement improductive. Cela envoie un message aux employés : votre temps et votre implication ne sont pas valorisés. Au fur et à mesure, cela affecte la performance du collaborateur et son engagement.


Selon le (State of Software Happiness Report 2019), plus de la moitié de tous les employés sont devenus mécontents au travail en raison du logiciel qu'ils utilisent. Mais pire encore, plus d'un huitième des salariés (12,5%) ont quitté leur emploi à cause des logiciels.


---


Quelle solution PLM convient le mieux à votre stratégie ? Comment l’implémenter efficacement ? Nous vous accompagnons.


24 vues0 commentaire