top of page

Le télétravail dans l’industrie, impossible ?



Depuis 2020 et la crise sanitaire qui a forcé les salariés à rester chez eux, on ne parle que de lui : le télétravail. Écrire ses mails, diriger ses réunions, assurer ses tâches depuis son salon est devenu commun. Le télétravail semble prendre une place solide dans l’organisation des entreprises qui chacune trouve leur bon dosage entre présence au bureau et home-office.


« Certaines activités sont inenvisageables » en télétravail


Mais le télétravail est-il applicable à n'importe quel emploi ? Le sénat a répondu en 2021 par la négative. « Le télétravail est loin de pouvoir concerner tout le monde », assurait un rapport d’information sur l'avenir du télétravail. « Certaines activités sont inenvisageables sans rassembler les équipes en un même lieu », poursuit le texte, et ce « même dans une vision très volontariste », citant par exemple l'agriculture, la construction, la restauration, les loisirs et… l'industrie.


En effet, d’après une enquête Bpifrance Le Lab de 2022, les TPE-PME du secteur tertiaire ont près de 5 fois plus de chance de proposer du télétravail à leurs salariés que leurs homologues de l’industrie, contre 2,5 fois avant la crise.

Aussi, dans l’industrie, neuf dirigeants sur 10 pointent l’incompatibilité des tâches de leurs salariés avec le travail à distance. Quelle réalité recouvrent ces chiffres ?



L’industrie a signé 900 accords de télétravail


Déjà, l'industrie recouvre une grande variété de métiers et de domaines. Elle comprend aussi bien l’agroalimentaire, l’automobile, les métiers du bois, la plasturgie, le textile, l’aéronautique, l’électronique, les métiers du pétrole, ou encore la construction, avec à chaque fois des contraintes propres en matière d’organisation du travail.


Si l’on s’en tient à la définition du gouvernement, « l’industrie regroupe les activités économiques dédiées à la conception, à la fabrication et à la vente de biens matériels.»



Selon la Dares, organisme national d’analyse du monde du travail, l'industrie, construction mise à part, est le secteur qui a le plus conclu d’accords de télétravail depuis la crise avec près de 900 textes et avenants signés en 2021.

Cette même année, 88 % des décideurs européens de l’Industrie prévoyaient d’investir dans la technologie pour soutenir une main-d’œuvre hybride.


Bouygues teste une grue augmentée


Car c’est une évidence, le saut à franchir vers le télétravail dans les activités secondaires est souvent plus grand que dans le tertiaire. Parce que les organisations ne sont pas prêtes, technologiquement. Parce que l'impératif de sécurité bloque. Ou tout simplement parce que les tâches semblent impossibles à effectuer à distance, en l’état actuel des connaissances.


Comme par exemple, conduire une grue ? Pourtant, en juin 2022, c’est bien le spectacle futuriste que les visiteurs du salon Viva Technology ont pu observer : un poste de pilotage de grue augmentée. Porté par Bouygues Construction Matériel, le projet de grue augmentée vise à assurer le pilotage à distance des grues avec une assistance vidéo, de la réalité augmentée, et une part d’automatisation.


Le poste de pilotage déporté au sol , actuellement testé dans un chantier du Nord, reste fidèle à l’environnement habituel des grutiers en cabine, avec la retransmission de ce que voit le grutier et de l’intégralité des sons, dont ceux du moteur, qui sont essentiels à la conduite. Et ce, que l’on soit perché à 50 mètres du sol ou assis dans son salon.


---


Vous cherchez à pérenniser une organisation de travail hybride pour vos collaborateurs ? Chez Sociacom, notre spécialité est de transformer les organisations en optimisant les performances de chacun. Contactez-nous.


5 vues0 commentaire
bottom of page